Quels liens entre la Bible et l’économie ?

Bible & économie

Il y a quelques jours, Ming et Timothée, deux responsables du CAC, sont allés à Berlin en Allemagne pour la conférence Bibleconomics, qui avait pour thème : Une interprétation biblique de l’économie. Vous n’avez pas pu être présent ? Voici quelques humbles notes qui vous permettront de capter l’essentiel.

L’économie et la Bible

En discutant des rapports entre la Bible et l’économie, le théologien américain R. Niebuhr exposait qu’il y a cinq manières de considérer la vision biblique et l’économie actuelle.

  1. L’économie s’oppose à la Bible comme elle apparaît après la chute
  2. L’économie qui représente le monde est en paradoxe avec la Bible qui représente la spiritualité
  3. L’économie est inférieure à la Bible et devrait s’y soumettre
  4. L’économie est transformée par la Bible et l’œuvre des chrétiens
  5. L’économie vient de la Bible, c’est une extension de la création divine

Chacune de ces visions sont adhérées par des personnes d’un arrière-plan spirituel différent ayant pour base la Bible. Pourquoi ces différences ? Parce que la Bible n’est pas un manuel d’économie.

En effet, dans notre monde déchu, il est futile de chercher un modèle économique biblique, ou de vouloir changer le monde en soumettant l’économie actuelle aux principes bibliques. Ce n’est pas le plan de Dieu, ni le rôle du chrétien.

Toutefois, Dieu utilise l’économie actuelle au même titre que la politique et que les systèmes humains, en les gouvernants par sa main invisible. Comme le cœur du roi de Proverbes 21, l’économie est « un courant d’eau dans la main de l’Éternel, il l’incline partout où il veut ».

L’économie et les relations humaines

Du côté des hommes, leurs besoins sont assouvis par l’achat de biens et de services produits. Et pour que cela fonctionne, il faut des inventeurs, des ingénieurs, des entrepreneurs, des acheteurs, des vendeurs, des acheteurs, etc. L’économie offre donc une opportunité incroyable pour les chrétiens de produire un travail sensé, intègre et productif, en utilisant leurs dons et talents que Dieu leur a donnés. Ils sont appelés à être sel et lumière partout où ils se trouvent, à représenter Dieu comme ses ambassadeurs.

Le premier milliardaire contemporain, John Davison Rockefeller (1839-1937) était chrétien et avait une éthique de vie exemplaire. Entrepreneur et homme d’affaires, il sera à la tête de la plus grande entreprise pétrolière du monde. En dehors de son travail, il était chargé de l’école de dimanche de son assemblée Baptiste. Il a aussi donné avec une grande libéralité tout au long de sa vie à différentes fondations. Pour en savoir plus sur cet exemple inspirant et atypique pour les hommes d’affaires, vous pouvez commencez par Wikipedia

Voici le credo du chrétien au travail : « Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour récompense. » C’est ce que dit Paul en Colossiens 3.23-24. Alors même si l’objectif des affaires est au bénéfice des hommes, le chrétien travaille pour Dieu. C’est son boss ultime.

Concrètement, voici quatre pistes pour honorer Dieu dans les affaires :

  • Nos principes éthiques ont pour base la Bible et les 10 commandements (Exode 20)
  • Nos relations avec nos partenaires internes et externes reflètent notre relation avec Dieu (Matthieu 22.37-40)
  • Nous reflétons le fruit de l’Esprit dans nos relations professionnelles (Galates 5.22)
  • Nos paroles sur le lieu de travail reflètent notre identité (Matthieu 12.34)

Enfin, n’oublions pas que notre travail est un don de Dieu et qu’il est intrinsèquement bon. Dieu a été le premier à travailler, et il a vite demandé à Adam et Eve de l’imiter.

Enfin, peu importe nos efforts, notre emploi du temps ou le montant de notre fiche de paye, n’oublions pas que nous sommes dépendants de Dieu pour répondre à nos besoins. Spirituels, personnels et économiques.

Posted in Idées and tagged , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *