Interview du CAC – Tim, consultant pour Christ

 

consultant chrétien

Aujourd’hui, Tim nous raconte son parcours et sa vie de consultant. Il travaille pour un grand cabinet de conseil… Mais avant tout, pour Christ !

Timothée, tu es un des responsables du CAC, peux-tu nous raconter brièvement ton parcours scolaire et professionnel ?

Mes parents m’ont toujours poussé à ne pas me contenter du minimum. J’aimais bien les maths et la physique au lycée, donc j’ai été amené à faire une prépa scientifique à Paris. C’était intense…mais surmontable ! Et avec le recul, c’était vraiment épanouissant. Je ne m’attendais pas forcément à briller en arrivant là mais Dieu a permis que j’intègre Centrale Paris.

Arrivé en école d’ingénieur, je m’intéressais plus au monde de l’entreprise qu’à ingénierie pure, donc j’ai fini par faire le double diplôme que Centrale propose avec l’ESSEC. Après quelques stages dans l’industrie j’ai fini par m’orienter vers un début de carrière dans le conseil en stratégie, milieu très élitiste et exigeant mais ô combien intéressant, formateur, et avec le recul, épanouissant.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de travailler en stratégie dans un cabinet de conseil ?

Cela a été un long processus. J’ai du d’abord me convaincre de l’intérêt et de la pertinence du métier. En discutant et en travaillant avec des consultants, j’ai pu réaliser l’intérêt du métier et toute la valeur ajoutée d’un passage par le conseil.

Ensuite, un autre point important était de m’assurer que je m’orientais vers le conseil non pas parce que c’est à la mode et prestigieux, mais bien parce que Dieu me voulait là bas. Cette réflexion a été longue, et je ressentais le besoin de m’assurer que ce n’est pas mon orgueil qui m’y emmenait, mais bien Dieu.

Quels sont les enjeux et difficultés de ton travail ?

De manière générale je dirais que mon plus gros challenge c’est toujours de me rappeler que tout me vient de Dieu (1 Corinthiens 4.7), que je dois être reconnaissant et que je ne peux pas me vanter ou me glorifier de mon parcours.

Pour le reste je pense que j’ai les mêmes difficultés que mes collègues non chrétiens (l’intensité du job, les horaires, l’engagement important, etc.) et que mes frères et sœurs qui sont dans d’autres métiers (aimer ses collègues, ses clients, gérer une éthique pur, ne pas prendre part aux moqueries, etc.).

Et être chrétien, qu’est-ce que ça change dans ton quotidien ?

Être chrétien me permet de prendre facilement du recul sur mon travail, sur mes missions, sur ma progression. Par exemple, si une mission se passe mal, ou si je suis moins performant à un moment, je me laisse moins perturber parce que je sais qu’il y a une réalité qui est toute autre et qui va bien au delà de ce que je fais au quotidien.

Savoir que je suis accompagné de Christ, et que c’est Dieu qui est aux commandes est toujours rassurant et enlève quelques soucis au quotidien.

Quels conseils donnerais-tu à un chrétien qui souhaite devenir consultant ?

Mon principal conseil serait d’apprendre à bien se connaitre, ses capacités, ses besoins, ses aspirations et quelle est la direction que Dieu donne, pour être sûr que c’est la bonne décision. J’en avais déjà plus ou moins conscience quand je me suis dirigé vers le conseil, et c’est encore plus fort maintenant avec le recul : j’ai vraiment le sentiment d’être au bon endroit. J’avais besoin d’une activité qui m’occupe bien, qui me défie et qui me pousse à la performance. Je connais mes besoins de sommeil, de vie sociale, vie d’Eglise et je ne dis pas que c’est parfaitement équilibré mais je sais que je ne fais pas le grand écart tous les jours pour concilier des attentes qui sont incompatibles. Il faut donc bien s’assurer que ce n’est pas un choix par défaut, mais bien une décision réfléchie à laquelle Dieu prend part.

Je l’encouragerai aussi à en parler avec des gens qui ont eu un parcours similaire. Il y a assez peu de chrétiens dans ces sphères, mais en cherchant bien, on en trouve ! J’ai pu rencontrer quelques frères qui étaient soit dans le conseil, soit dans des métiers bancaires. Échanger avec eux m’a permis d’avancer beaucoup dans mon projet professionnel. On a aujourd’hui beaucoup d’outils via les réseaux sociaux pour communiquer avec d’autres hommes d’affaires chrétiens, donc profitons-en !

Justement, vous pouvez discuter avec d’autres membres du CAC à nos afterworks, ou sur Facebook ou Linkedin !

Posted in Témoignages and tagged , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *